Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #prevention

Sécurité et Risques Professionnels : Vulnérabilité ou Facteur de Performance ?

29 Mars 2013, 09:40am

Publié par VASSEUR SANDRINE

Dans un environnement social, économique et réglementaire en constante évolution, les entreprises doivent s'adapter pour se développer ou même pour subsister.

La sécurité et la prévention des risques professionnels est un domaine fortement évolutif en termes réglementaires et jurisprudentiels. Le management de la sécurité et des risques professionnels peut-être facteur de performance s'il est construit et conduit avec pertinence mais peut aussi être la source de graves dommages juridiques et financiers s'il s’avère insuffisant.

Tous les jours ou presque, nous découvrons dans la presse locale ou nationale, le récit d'un accident du travail, d'une maladie professionnelle ou encore de leurs conséquences judiciaires pour les employeurs concernés. Lire la suite de l'article...

Auteur : JELISON CONSULTING.

Voir les commentaires

Réflexion de préventeur : La « culture sécurité » est un gros mot pour beaucoup de préventeurs français…

28 Mars 2013, 08:35am

Publié par VASSEUR SANDRINE

Mathieu lambrecht

En France, 9 principes généraux de prévention sont édictés par le code du travail et sont classés dans un ordre « préférentiel ». Parler de « Culture Sécurité » ou de sensibilisation est souvent mal vu par les préventeurs, IPRP, Médecin du travail et CHSCT qui y voient une variante du tout dernier principe : « donner les instructions appropriées aux salariés ». Par contre, « l’évaluation des risques », pourtant si peu mise en oeuvre dans des démarches concrètes de prévention, est portée aux nues.

Résultat : les travailleurs français, bien que formés mais peu responsabilisés et sensibilisés au travail sur les aspects de prévention, ont une attitude vis à vis de la sécurité assez dilettante, à tel point qu’un accident domestique sur 4 en Europe… a lieu en France !

Les principes pour améliorer la culture sécurité, vu par Dupont de Nemours

Dupont de Nemours est une entreprise américaine qui s’est fait connaître par l’excellence de ses résultats sécurité. Pourtant, la façon dont elle a obtenu ses résultats est souvent décriée, notamment par nos institutions, du fait qu’elle « responsabilise de façon excessive les salariés ».

Pourtant, c’est bien sur l’encadrement et la direction que Dupont de Nemours fait peser la responsabilité de la sécurité, à l’instar de leur toute première règle édictée en 1811 : « La sécurité relève de la responsabilité de l’encadrement ».

C’est peut être par méconnaissance ou du fait de certaines dérives dans l’application de ces principes que ce système est contesté. Petite revue de ces principes.

4 Premiers principes : principes de leadership :

1- L’engagement visible de la direction

Si tous les systèmes de management insiste sur l’engagement de la direction, Dupont de Nemours introduit une différence de taille : l’engagement doit être visible.

Il ne s’agit pas d’afficher simplement une déclaration d’intention, une politique, mais de démontrer par son comportement quotidien, par ses décisions, par ses actes un engagement et une implication réelle.

On comprend dès lors que la direction ait besoin de se faire accompagner, de se faire coacher pour acquérir les compétences nécessaires et pour adopter les bonnes habitudes.

2- Politiques et principes HSE

La politique sécurité doit être clairement établie et portée au plus haut par la direction. Elle doit promouvoir l’adoption d’un certains nombres de principes de comportement et de prise de décision.

Les principes HSE prônés par Dupont (et qui pourront faire l’objet d’un autre article) sont très ambitieux. Il s’agit par exemple d’encourager les membres de l’encadrement et du personnel à être convaincus que toutes les blessures et maladies professionnelles peuvent être évités et que les hommes constituent les éléments les plus importants pour la réussite de la démarche de prévention.

3- Cibles, Objectifs et Plans d’actions

Si beaucoup d’entreprises se contentent de fixer des objectifs de résultats (TF, TG…), la réussite d’une véritable démarche de prévention repose sur la mise en oeuvre d’actions répondant à des objectifs précis, portés par des responsables désignés devant rendre des comptes au plus haut niveau.

4- Procédures et Standards de performances

De la même façon, beaucoup d’entreprises engagées dans la mise en oeuvre des normes de management (OHSAS, ILO…) définissent des procédures, des rôles, des responsabilités.

Peu néanmoins donne autant d’importance à la mise en oeuvre concrète des procédures et l’atteinte des résultats censé en découler que ne le fait Dupont.

Les standards doivent par ailleurs être fixés avec beaucoup d’exigence, un proverbe Dupont rappelant que « le niveau de sécurité maximal que vous pouvez espérer atteindre est le niveau de votre standard le plus bas ».

Conclusion :

Le Leadership est l’élement central de la démarche de Dupont de Nemours et les principes associés sont fait pour créer une véritable action de prévention.

Peut être est ce une légende, mais à l’époque où Dupont fabriquait des explosifs et à la suite de nombreux accidents, certains directeurs de site ont été invités à s’installer avec leur famille dans des logements de fonction situés au coeur des usines. On imagine à quel point la sécurité prend une ampleur toute autre pour un dirigeant dans ces conditions.

Voir les commentaires

Comment intégrer les RPS au document unique ?

25 Mars 2013, 09:37am

Publié par VASSEUR SANDRINE

L’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) publie deux nouvelles brochures pour aider les entreprises à intégrer les risques psychosociaux (RPS) dans leur document unique (DU).

La seconde, « Évaluer les facteurs de risques psychosociaux : l’outil RPS-DU », est un guide méthodologique qui permet à l’entreprise de repérer les RPS et de les évaluer.

Pour formaliser l’évaluation de l’ensemble des risques professionnels, y compris les risques psychosociaux, l’entreprise a l’obligation de rédiger un DU (Le document unique transcrit les résultats de l’évaluation des risques professionnels par unité de travail. Plus qu’un simple inventaire, ce document obligatoire est un outil essentiel pour lancer une démarche de prévention dans l’entreprise et la pérenniser. Ce document doit être mis à jour au minimum chaque année). L’entreprise doit également préciser un plan d’actions et les moyens à mettre en œuvre.

Dans l’optique d’aider les entreprises à réaliser cette démarche, l’INRS publie deux brochures. La première, « Risques psychosociaux et document unique : vos questions, nos réponses » (réf. ED 6139), répond aux interrogations les plus fréquentes :

  • Pourquoi intégrer les risques psychosociaux dans le document unique ?
  • Qui élabore la partie du document unique sur les risques psychosociaux ?
  • Faut-il avoir été formé aux risques psychosociaux pour en faire l’évaluation ?...

La seconde brochure intitulée « Évaluer les facteurs de risques psychosociaux : l’outil RPS-DU » (ref. ED 6140) permet à l’entreprise d’identifier les facteurs de risques psychosociaux auxquels sont soumis les salariés dans chaque unité de travail et d’apprécier les conditions et les circonstances d’expositions à ces facteurs.

En annexe, un tableau de bord aide l’entreprise à élaborer son programme d’actions. De nombreux exemples d’actions possibles sont ainsi proposés.

Ces documents s’adressent aux entreprises de plus de 50 salariés. Pour les plus petites, un outil spécifique « Faire le point » est d’ores et déjà disponible sur le site INRS.

Téléchargez :

Auteur : INRS. - Inforisque

Voir les commentaires

Santé et sécurité au travail : qui fait quoi ?

22 Mars 2013, 09:34am

Publié par VASSEUR SANDRINE

Ce document présente une méthodologie utilisable par toute entreprise souhaitant définir les responsabilités et les niveaux de participation à l'ensemble des actions nécessaires à la mise en place d'une véritable politique « santé-sécurité ».

Cette méthodologie :

  • aide à déterminer qui fait quoi dans l'entreprise et à l'afficher,
  • permet aux salariés de connaître les rôles et attributions de chacun,
  • apporte une aide méthodologique pour structurer une organisation, animer la prévention, rendre efficace le management de la santé et de la sécurité,
  • aide à intégrer la santé et la sécurité dans toutes les fonctions de l'entreprise,
  • aide à coordonner la prévention,
  • permet de préciser les compétences nécessaires et les besoins de formation.

Accès au texte intégral : Santé et sécurité au travail : qui fait quoi ? - ED 6141 (PDF 379,7 Ko).

Auteur : INRS.

Voir les commentaires

Réflexion d'un préventeur sécurité : L’organisation de la prévention en France : des pratiques assez floues

22 Mars 2013, 08:34am

Publié par VASSEUR SANDRINE

Mathieu lambrecht

L’organisation de la prévention en France : des pratiques assez floues

Parmi les 9 principes généraux de prévention, l’un se réfère directement à l’organisation de la prévention. Il s’agit du principe qui impose de « planifier la prévention » qui est sous titré ainsi : »Intégrer dans un ensemble cohérent la technique, l’organisation du travail, les conditions de travail, les relations sociales et l’environnement. » sic…

On peut comprendre avec une telle définition que les entreprises éprouvent des difficultés à rendre concrète leur démarche de prévention.

Les normes internationales, quant à elles, devant s’adapter à tout type d’organisation dans le monde, sont suffisamment souples pour autoriser toute sorte de modalités, sans donner donc une réponse précise.

Les 4 principes d’organisation de Dupont de Nemours :

1- Organisation sécurité intégrée : les comités de sécurité

Véritable colonne vertébrale du système Dupont de Nemours, les comités de sécurité permettent de faire circuler informations et décisions au travers de toute l’entreprise et d’organiser la mise en oeuvre des plans d’actions.

Ces comités sont organisés et animés par l’encadrement.

2- Responsabilité de la hiérarchie

La présence d’une personne s’occupant de la prévention est obligatoire (depuis peu) dans toutes les entreprises. Cette présence a pour effet dans nombre d’entres elles de déresponsabiliser l’encadrement, chacun pensant que le « préventeur » est le responsable de la sécurité.

Pourtant il est bien clair que la responsabilité revient à ceux qui ont « autorité », « compétences » et « Moyens » et le préventeur ne peut être dôté de l’autorité sur les équipes, celles ci ne pouvant être placées sous deux autorités distinctes : celles de leur chef pour la production et celles du préventeur pour la sécurité.

Dupont de Nemours rappelle donc, comme le fait le législateur, que la sécurité revient à l’encadrement mais lui donne également des missions claires : rédaction des règles de sécurité, formations des salariés, animation des réunions de sécurité, audits, enquêtes accident…

3- Support des professionnels HSE

Et oui, contrairement au législateur, le système Dupont n’oublie pas les préventeurs (autre que IPRP ou médecin du travail). Ceux ci ont un rôle clair d’analyse des risques, de coordination des actions, d’information, de relations avec les autorités.

4- Motivation progressive

Si les hommes constituent l’élément le plus important de la démarche, il faut prévoir, dès l’organisation, les motivations nécessaires pour obtenir leurs contributions.

L’une de ces sources de motivation est l’usage de la sanction, démarche difficile à mettre en oeuvre et rarement mise en pratique par les entreprises sur les thématiques de sécurité. Pourtant, les juges au pénal aiment à rappeler « qu’en matière de sécurité vous avez obligation de vous faire obéir ».

Pour cela Dupont prescrit une échelle allant de la formation initiale, au coaching puis passant par une échelle de sanctions pouvant rapidement déboucher sur le licenciement.

Conclusion :

La mise en oeuvre d’une démarche « à la dupont » n’est pas une démarche floue et imprécise. Chacun, dans ce genre de système, sait ce qu’il a à faire…

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 > >>