Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #accidents

Accident en milieu confiné : coincé dans un silo

29 Avril 2016, 08:00am

Publié par VASSEUR SANDRINE

Châteaubriant Un homme coincé dans un silo de farine durant presque 5 heures

Un ouvrier s'est retrouvé coincé dans la vis sans fin d'un silo de farine à Châteaubriant. Il a été évacué par hélicoptère vers 15 h. Son pronostic vital est engagé.

Source http://www.leclaireurdechateaubriant.fr du 25/04/2016

Trente pompiers sont intervenus aujourd’hui au supermarché Leclerc, pour secourir cet homme coincé dans un silo de farine. Les pompiers, arrivés à 10 h 30 ont passé 4 h 30 sur place. Il ont évacué un ouvrier dans l’espace boulangerie-pâtisserie de la grande surface, qui était coincé dans la vis sans fin d’un silo de farine.

L’homme était employé par une société de nettoyage castelbriantaise. Il effectuait le nettoyage annuel du silo de farine quand, pour une raison encore inexpliquée, le moteur actionnant la vis sans fin s’est mis en marche. Son pied est resté coincé dans l’élément. La machine s’est finalement arrêtée grâce au capteur qui permet d’éteindre le système. Les pompiers ont du découper une partie du silo et la vis sans fin pour évacuer l’homme, gravement blessé. Les pompiers ont passé 4 h 30 sur place : une intervention particulièrement longue car le silo, dans un espace confiné, était difficile d’accès.

La victime de 27 ans a été évacuée par hélicoptère à l’hôpital de Nantes vers 15 h. Son pronostic vital est engagé.

Est-ce une défaillance humaine ou mécanique ? Une enquête est ouverte pour déterminer les circonstances exactes de l’accident.

Erreur de consignation, manquement au Plan de sécurité, ..... même les grandes surfaces sont concernées

Voir les commentaires

Accident : chute d'une échelle ( intérimaire )

25 Avril 2016, 09:00am

Publié par VASSEUR SANDRINE

L’employeur, ou le délégataire de pouvoir, doit rappeler aux salariés, par une information pratique et adaptée, l’interdiction d’utiliser des échelles comme postes de travail.

En l’absence d’un tel rappel, et ce malgré plusieurs constatations émises par l’Inspection du travail, le directeur de travaux ne peut s’exonérer de sa responsabilité en arguant de la faute du travailleur de s’être tout de même saisi d’une échelle.

En l’espèce, un travailleur intérimaire occupé à nettoyer une banche de coffrage à 3,30 mètres sur une échelle coulissante fait une chute après que celle-ci se soit rétractée. La société, mais aussi le directeur de travaux, délégataire de pouvoir pour ce chantier, sont poursuivis devant le tribunal correctionnel, notamment du chef de blessures involontaires.

La société fait valoir qu’elle avait dispensé au travailleur intérimaire une formation en matière de prévention des risques liés à l’usage des échelles et que la faute de la victime aurait dû exonérer la société de sa responsabilité. Le salarié avait en effet à sa disposition des équipements adaptés à la prévention des risques de chute de hauteur pour son intervention. Il a malgré tout utilisé l’échelle de sa propre initiative, sans en référer à son entreprise.

Cependant, les juges du fond, soutenus par la Cour de cassation, condamnent l’entreprise. La formation initiale ne suffit pas. L’Inspection du travail avait constaté, à trois reprises, que les travailleurs sur le chantier détournaient l’emploi de l’échelle comme poste de travail. Deux courriers avaient été adressés au directeur de travaux. Compte tenu de ces écrits, le dDirecteur de travaux aurait dû rappeler, par une information pratique et adaptée, l’interdiction d’utiliser des échelles.

(Source OPPBTP)

Voir les commentaires

Accident : défaillance de garde corps

24 Avril 2016, 09:00am

Publié par VASSEUR SANDRINE

Un chantier de construction est réalisé en co-activité.
La société responsable de la pose d’un garde-corps, mais également de son maintien en l’état jusqu’à la fin des travaux de gros œuvre, est aussi responsable des accidents consécutifs à une défaillance de ce garde-corps, notamment lorsqu’il a été démontré que le montage n’était pas conforme aux prescriptions du fabricant.

Suite à la défaillance d’un garde-corps, un électricien chute du deuxième étage du bâtiment en construction dans lequel il travaillait. Le garde-corps avait été installé par une société responsable de sa pose et de son maintien en l’état jusqu’à la fin des travaux de gros œuvre, lesquels étaient inachevés à la date de l’accident.

Les juges du fond, suivis par la Cour de cassation, condamnent l’entreprise responsable de l’installation des protections de sécurité sur le chantier et non l’employeur de la victime. En effet, l’entreprise aurait dû :

  • procéder à un montage correct du garde-corps,
  • vérifier, une fois l’installation réalisée, que celui-ci était conforme,
  • s’assurer du maintien en l’état de ce garde-corps,
  • mettre à disposition la notice, et donc informer ses salariés et toute personne susceptible de monter et démonter le garde-corps.

En ne réalisant pas l’ensemble de ces obligations, l’entreprise engage sa responsabilité.

(Source OPPBTP )

Voir les commentaires

ACCIDENT de DENEIGEMENT

1 Février 2016, 21:32pm

Publié par VASSEUR SANDRINE

Voir les commentaires

Les risques liés aux activités en hauteur expliqués en chiffres

5 Septembre 2015, 20:22pm

Publié par VASSEUR SANDRINE

Un article fort pertinent paru dans le magazine PIC (n°93-juillet/août 2015) nous rappelle les risques liés aux activités en hauteur. Seconde cause de décès et troisième cause d’accidents du travail (source: CNAMTS), les chutes de hauteur se retrouvent dans tous les secteurs. Le BTP est celui qui comptabilise le plus d’accidents.

Bien que les accidents de travail diminuent, les chutes de hauteur sont toujours bien présentes. Quelles sont les causes prédominantes?

La première situation à risque reste la chute d’un chauffeur ou d’un contrôleur, lorsque le véhicule est à l’arrêt. En effet, pendant le dépotage ou le chargement des camions, des remorques ou des wagons, le risque est constant. L’agent doit se déplacer et accomplir certaines tâches à 4 mètres de haut! Il est susceptible de se baisser, ce qui induit une prise de risque. 34,7 % des accidents interviennent à ce moment précis. Nous pouvons vous proposer des solutions personnalisées et adaptées à vos contraintes, afin de sécuriser la vie de vos hommes.

Les deux autres situations à risque sont liées aux manques d’information et de formation du personnel. L’utilisation d’échelles, d’escabeaux et d’échafaudages engendrent 38,6 % des accidents. Pour beaucoup, utiliser un escabeau ou une échelle est un acte anodin et quotidien. Hors même à très faible hauteur, une chute peut s’avérer désastreuse! Notre philosophie « le parti pris de la vie » fait que nous sommes soucieux de la protection de vos hommes.

73,3 % des chutes pourraient être évitées en mettant en place des moyens de protection bien pensés. Nous sommes à votre disposition pour que ensemble nous trouvions la réponse la plus adaptée à votre environnement de travail.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>