Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Risques au travail : ah les échafaudages !!!

2 Mai 2015, 12:22pm

Publié par VASSEUR SANDRINE

bon il y a le pour et le contre !! lol

bon il y a le pour et le contre !! lol

en Amérique du Sud - Image du concours images au travaix ARACT 2014

en Amérique du Sud - Image du concours images au travaix ARACT 2014

Risques au travail : ah les échafaudages !!!

Voir les commentaires

Parcours acrobatique

30 Avril 2015, 21:11pm

Publié par VASSEUR SANDRINE

Parcours acrobatiques en hauteur



Les parcours acrobatiques en hauteur sont des espaces d'activité ludique sécurisée permettant au pratiquant de cheminer en hauteur, de façon autonome et plus ou moins acrobatique, sur et/ou entre les arbres ou autres supports naturels ou non. A ne pas confondre avec l'accrobranche qui consiste en de l'escalade dans les arbres à l'aide d'équipements temporaires, pratique encadrée en permanence par une personne qualifiée.
Différentes obligations sont prévues pour assurer l'information, la sécurité et l'encadrement du pratiquant.

L'information du pratiquant

Un règlement intérieur doit être affiché. Celui-ci doit comprendre au moins les informations suivantes :

  • description de l'activité et consignes de sécurité,
  • limites et restrictions d'utilisation,
  • information sur les assurances individuelles d'accident,
  • information sur la qualification et l'identification du personnel.

La sécurité du pratiquant est assurée :

  • soit au moyen d'un équipement de protection individuelle (EPI) contre les chutes de hauteur (harnais, longe, connecteur....) relié à une ligne de vie installée sur son parcours
  • soit au moyen de protections collectives (filets, matelas, balustrade…).

Les différents dispositifs de protection (contre les chutes de hauteur ainsi que les chocs) sont des équipements qui ont pour but de limiter les conséquences des chutes ou des chocs. Ils ne permettent pas de garantir que le pratiquant soit systématiquement indemne après d'éventuels chocs ou chutes.

Deux normes expérimentales définissent des exigences permettant de garantir un niveau acceptable de sécurité pour le pratiquant (ce niveau peut donc actuellement être pris en compte pour apprécier l'obligation générale de sécurité).

  • XP S52 902-1 : exigences de construction du site
  • XP S52 902-2 : exigences d'exploitation (elle fixe par exemple le nombre d'encadrants en fonction du nombre de participants)

Encadrement

Les conditions sont différentes selon que l'accès au parcours se déroule de façon autonome ou encadrée.

1 - Pour les parcours acrobatiques autonomes.

Il s'agit de parcours acrobatiques en forêt fixes dont l'accès est ouvert au public, sans encadrement ou accompagnement spécifique d'une personne pendant l'activité.

Le gestionnaire du parc est chargé d'informer les pratiquants sur les conditions d'utilisation des installations et de veiller à la surveillance du site. L'exploitant doit s'assurer que les personnes assurant l'information du public et la surveillance du site sont en nombre suffisant et possèdent les compétences suivantes :

  • être capable de maîtriser l'utilisation des équipements de protection individuelle (EPI) spécialisés pour cette activité ;
  • être capable d'accueillir les pratiquants, de communiquer dans l'activité et d'informer le public sur les techniques utilisées et les consignes de sécurité à respecter ;
  • être capable de mettre en œuvre les procédures permettant d'assurer la protection des personnes utilisant les différents ateliers ou parcours.

L'exploitant doit également veiller à ce que chaque établissement dispose du personnel possédant les compétences à intervenir en hauteur pendant les jours et les horaires d'ouverture au public.
Cette personne peut être titulaire de l'une des qualifications délivrées par le ministère des sports mentionnées ci-dessous.

2 - Pour les parcours acrobatiques accompagnés

Une personne assure la prise en charge d'un groupe et l'accompagne pendant l'activité. Les activités concernées regroupent notamment les pratiques d'accrobranche.

Ces pratiques entrent dans le champ d'application de l'article L363-1 du code de l'éducation et de l'article L212-1 du code du sport.

L’une des qualifications spécifiques suivantes est requise :

  • le brevet d’Etat d’éducateur sportif (BEES), option escalade ou spéléologie ;
  • le diplôme de guide de haute montagne ou d’aspirant guide du Brevet d’Etat d’alpinisme ;
  • le diplôme de moniteur d’escalade du Brevet d’Etat d’alpinisme ;
  • les différents brevets d’Etat possédant l’attestation de qualification et d’aptitude à l’enseignement et à l’encadrement professionnel de la pratique du canyon ;
  • le brevet d’aptitude professionnelle d’assistant animateur technicien avec support technique escalade (dans la limite de ses prérogatives définies à l’annexe de l’arrêté du 4 mai 1995) ;
  • le brevet d’aptitude professionnelle d’assistant animateur technicien de la jeunesse et des sports avec support technique spéléologie (dans la limite de ses prérogatives définies à l’annexe de l’arrêté du 4 mai 1995) ;
  • le brevet d’Etat d’éducateur sportif, option activités physiques pour tous (BEESAPT) et conjointement le brevet fédéral «moniteur escalad’arbre» délivré par la fédération française de montagne et d’escalade ;
  • le brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport (BPJEPS), spécialité «activités physiques pour tous» et conjointement le brevet fédéral «moniteur escalad’arbre» délivré par la fédération française de montagne et d’escalade ;
  • le certificat de spécialisation «activités escalade» associé aux BPJEPS spécialités: «activités physiques pour tous », «activités nautiques», «activités gymniques, de la forme et de la force».

En cas d'anomalies faisant courir un danger grave aux pratiquants, il convient de s'adresser au maire ou au préfet (procédure administrative) ou à la DGCCRF (procédure judiciaire).

 
Textes applicables :
Code du sport, article
L321-7 et article L212-1
Instruction n° 07-103JS du 30 juillet 2007 relative à la protection du public dans le cadre des activités physiques et sportives des parcours acrobatiques en hauteur

Source :

dgccrf

Direction générale de la concurrence, de la consommation
et de la répression des fraudes

Fiches pratiques de la concurrence et de la consommation - DGCCRF - Actualisé en février 2008



Liens 
Ministère de la Jeunesse, des sports et de la vie associative

Le site www.sportsdenature.gouv.fr 

Voir les commentaires

Travail à risque : les laveurs de vitres

27 Avril 2015, 08:00am

Publié par VASSEUR SANDRINE

En situation plus qu'acrobatique !!!

Que cela soit à titre professionnelle ou privé .... le risque est le même

Que cela soit à titre professionnelle ou privé .... le risque est le même

et le laveur porte un gilet fluo !!!!

et le laveur porte un gilet fluo !!!!

Travail à risque : les laveurs de vitres
Travail à risque : les laveurs de vitres

Comment laver l'extérieur de sa fenêtre ?

Deux laveurs de carreaux ont certainement eu la frayeur de leur vie alors qu'ils se trouvaient au 90ème étage du Centre mondial des finances de Shanghai, en Chine, le 6ème plus haut gratte-ciel du monde. En effet, leur plate-forme a été secouée par une forte rafale de vent et a effectué de larges mouvements de balancier, s'écrasant ainsi à plusieurs reprises contre les vitres de l'immeuble. Les deux hommes s'en sont sortis avec des blessures mineures.  

Un petit sujet est en top des lectures sur le Net chinois, la sécurité des laveurs de vitres en Chine. Une série de deux photos qui suscitent beaucoup de réactions de la part des internautes. Il se trouve qu’ils se sont trompés et moi aussi sans la vigilance de Super mike et des commentateurs.

Une prise de conscience au niveau de la sécurité des travailleurs est en train d’arriver en Chine. Cela arrive petit à petit, l’opinion publique est de plus en plus sensible à la sécurité.

Une prise de conscience au niveau de la sécurité des travailleurs est en train d’arriver en Chine. Cela arrive petit à petit, l’opinion publique est de plus en plus sensible à la sécurité.

Travail à risque : les laveurs de vitres

Laveur de vitre sur le worltrade center : 175eme étage et 30eme étage

La vie entre les mains d'un mec endormi

La vie entre les mains d'un mec endormi

On m'a dit laves les carreaux…

On m'a dit laves les carreaux…

Le travail doit être fait coute que coute

Le travail doit être fait coute que coute

Encore un amoureux du travail bien fait

Ce laveur de vitres de New York fait son travail sans protection à plus de 30 mètres du sol Partager sur Facebook15Recevoir la newsletter 

Pour laver l'extérieur des vitres, cet homme se déplace sur la façade d'un bâtiment, à plus de trente mètres de hauteur, sans aucune protection. Ce laveur de vitres de Manhattan prend son métier très à cœur. Il n'hésite pas à mettre sa vie en danger pour que le travail soit bien fait. C'est pourquoi, même sans aucune mesure de sécurité, il lave l'extérieur des vitres. Le plus étonnant, c'est qu'il réalise cette tâche à plus de trente mètres de haut. Cet homme passe de fenêtre en fenêtre sans aucun harnais de sécurité. Il travaille au-dessus du vide et ne semble pas s'en inquiéter. Habitué à travailler dans des conditions aussi périlleuses, il rejoint l'intérieur du bâtiment en passant par une des fenêtres une foi son travail terminé.
 












Voir les commentaires

Travail à risque : élagage, bucheronnage ....

2 Mars 2015, 14:11pm

Publié par VASSEUR SANDRINE

Elagueur de palme

Elagueur de palme

Voir les commentaires

Accident : indemnisation

29 Janvier 2015, 09:00am

Publié par VASSEUR SANDRINE

Décret n° 2010-1093 du 16 septembre 2010 relatif à l'indemnisation du salarié agricole déclaré inapte suite à un accident du travail ou à une maladie professionnelle

Ce décret vient appliquer également pour les salariés du régime agricole les dispositions que le décret n° 2010-244 du 9 mars 2010 a prévu pour les salariés du régime général, à savoir la création d’une indemnité temporaire d’inaptitude versée au salarié, inapte après un AT ou une MP, en attendant la décision de l’employeur (reclassement ou licenciement).

Modalités :

Le salarié adresse un « formulaire de demande » à la MSA (Art D. 751-47-2 du code rural et de la pêche maritime) sur lequel :

- d’une part, le médecin du travail fait mention du lien susceptible d’être établi entre l’inaptitude et l’accident du travail ou la maladie professionnelle,

- et d’autre part, l’intéressé atteste sur l’honneur, de son impossibilité de percevoir une quelconque rémunération pendant le mois de délai qui court après la déclaration d’inaptitude et avant que l’employeur ne soit tenu de le reclasser ou de le licencier et de reprendre le versement des salaires.

Un volet du formulaire est adressé par le salarié victime à l’employeur.

Le modèle du formulaire sera défini par arrêté du ministère de la sécurité sociale et de l’agriculture.

Montant :

Le montant journalier de « l’indemnité temporaire d’inaptitude » est égal au monté de l’IJ versé pendant l’arrêt de travail lié à l’AT ou à la MP précédant l’avis d’inaptitude (Art.D. 751-47-3 code rural et de la pêche maritime). Lorsque la victime travaille pour le compte de plusieurs employeurs, l'indemnité est versée au titre du poste de travail pour lequel elle a été déclarée inapte.Si le salarié perçoit une rente à la suite de cet(te) AT ou MP, son montant s’impute sur celui de l’indemnité.

L’indemnité est versée à compter du 1er jour qui suit la date de l’avis d’inaptitude et jusqu’à la date du licenciement ou du reclassement (Art D. 751-47-4 code rural et de la pêche maritime), dans la limite de un mois mentionnée à

l’article L 1226-11 du Code du travail

et après laquelle l’employeur est tenu, à défaut de reclassement ou de licenciement, de reprendre le versement du salaire précédant l’AT ou la MP.

Retrouver le texte officiel sur Légifrance

Voir les commentaires