Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nouveau catalogue FTC

7 Mai 2016, 08:00am

Publié par VASSEUR SANDRINE

Le nouveau catalogue FTC : ARBORISTES GRIMPEURS

Depuis de nombreuses années, FTC conçoit, développe et commercialise des produits à destination des arboristes grimpeurs.
Le catalogue FTC présente les caractéristiques et les performances des produits FTC.
Il manifeste la volonté de l’entreprise à toujours progresser et à créer des produits innovants, performants et pratiques d’utilisation.
Il reflète l’état d’esprit de la marque : des produits de qualité « par des arboristes pour des arboristes ».
112 pages, couverture cartonnée de qualité, nombreuses photos et illustrations en couleur.

est disponible en ligne ici :

Voir les commentaires

Flash produits de cette semaine

6 Mai 2016, 16:00pm

Publié par VASSEUR SANDRINE

Nouveau ! Tour de cou "CLIMBER" collection 2016 de chez HEVEA

Nouvelle collection Tour de cou Climber Hévéa. Découvrez nos trois derniers modèles : Vanitas, Uroboro et Green type.

Tour de cou tubulaire en tissu 100% polyester. Il se porte de multiples façons : en bandeau, tour de poignée, en saharienne, en protège cou, en foulard ... . Il protège du froid et du vent, il est respirant et anti bactérien. Il est extensible et sans couture évitant toute sensation désagréable de frottement. Il se porte idéalement sous le casque.

HARNAIS TÊTE EN BAS de chez DELTA PLUS

Harnais tête en bas avec sangle de sauvetage. Permet de descendre une personne la tête en bas en espace confiné. 3 points d’accrochage (sternal, dorsal et pour le sauvetage). 7 boucles de réglage.

HARNAIS ELECTRA de chez TRACTEL :

 

Il fait partie de la nouvelle gamme technique des harnais Tractel. Il est le seul harnais équipé d’une ceinture rotative, maintenue par deux tunnels, qui guide parfaitement la ceinture pendant sa rotation sans gêner l’utilisateur.

Harnais technique Ladytrac™ de chez TRACTEL :

Enfin un harnais conçu pour la femme :

POULIE NAIAD de chez CAMP :

 

Poulie double polyvalente de haute résistance. Réa d’un grand diamètre. Pour les cordes d’un diamètre allant jusqu’à 16mm.  Corps et réa en alliage d’aluminium. Rendement : 90%.

Kee Gate portillon fermeture automatique de chez KEE SAFETY

 

Un portillon de sécurité auto fermant simple et rapide pouvant être adapté aux installations existantes ou neuves. Finition galvanisée ou laquée jaune sécurité.

Visière de protection fumée pour casques VERTEX et ALVEO de chez PETZL

Voir les commentaires

La carte d’identité professionnelle du BTP

6 Mai 2016, 08:00am

Publié par VASSEUR SANDRINE

La carte d’identité professionnelle du BTP est désormais obligatoire

Rendue obligatoire par la loi Macron pour lutter contre le travail illégal, la carte d'identification professionnelle des salariés du BTP a fait l'objet d'un décret publié le 23 février 2016.

La carte d'identité professionnelle des salariés travaillant dans le BTP est désormais obligatoire. Un décret précisant ses conditions de délivrance, ses caractéristiques et les sanctions encourues par l'employeur a été publié au Journal officiel le 23 février dernier. Cette carte existe depuis 2006, mais elle était jusqu’à présent facultative.

Déclaration obligatoire

Les employeurs du BTP doivent déclarer l'embauche de tout salarié quel que soit son contrat de travail (CDD, CDI, intérimaires, ouvriers d'entreprises étrangères en détachement). Cette déclaration, payante, est effectuée auprès de l' Union des caisses de France congés intempéries BTP (réseau sur l'ensemble du territoire) qui délivre la carte d'identification professionnelle à l'employeur. La carte comprend des informations sur le salarié (nom, prénom, sexe, date de délivrance de la carte et son numéro, un identifiant, les coordonnées de l'Union des caisses de France et une photo du salarié) et sur l'employeur (nom, numéro Siren). Elle est valable pour toute la durée du contrat de travail, pendant cinq ans pour les intérimaires, et pendant la période du détachement pour les salariés détachés.

Jusqu’à 2 000 euros d’amende

Cette carte devra être présentée lors des contrôles de l'inspection du travail. En cas de manquement à l'obligation de déclaration, l'employeur risque jusqu'à 2 000 euros d'amende par salarié non déclaré (4 000 euros en cas de récidive dans l'année qui suit la première amende).

À travers ce dispositif, l’objectif du gouvernement est de lutter contre la fraude aux travailleurs détachés depuis l'étranger.
Selon un rapport du Sénat datant de 2013, entre 220 000 et 300 000 travailleurs sont détachés illégalement en France.

SOURCE : PREVENTION DU BTP

Carte d'identification professionnelle des salariés du bâtiment et des travaux public

Réglementation

Décret n° 2016-175 du 22 février 2016 relatif à la carte d'identification professionnelle des salariés du bâtiment et des travaux publics - JORF 23/02/2016

Notice

Le décret détermine les modalités d'application du dispositif de la carte d'identification professionnelle des salariés des entreprises établies en France ou à l'étranger à partir d'une déclaration effectuée auprès de l'Union des caisses de France - congés intempéries BTP. Il précise les conditions de délivrance de la carte, les caractéristiques et les mentions apposées sur ce document ainsi que les modalités de sanction en cas de non-respect des obligations de déclaration.
Un arrêté pris après avis de la CNIL précisera les modalités de fonctionnement de la base centrale des informations recueillies en vue de leur traitement informatisé par l'Union des caisses de France - congés intempéries BTP.

Publics concernés

Entrepreneurs du bâtiment et des travaux publics, entrepreneurs de travail temporaire, entrepreneurs établis à l'étranger détachant des travailleurs pour effectuer des travaux de bâtiment ou des travaux publics, salariés effectuant des travaux de bâtiment ou des travaux publics, Union des caisses de France congés intempéries BTP, administrations de l’état (inspection du travail, administration fiscale et douanière) chargées de la lutte contre le travail illégal.

Entrée en vigueur

Le texte entrera en vigueur le lendemain de la publication de l'arrêté déterminant les conditions de fonctionnement du traitement informatisé des informations relatives aux salariés, aux employeurs et aux entreprises utilisatrices.

Voir les commentaires

Contrefaçon sur des CHARIOTS fabriqués en Chine

5 Mai 2016, 16:01pm

Publié par VASSEUR SANDRINE

Contrefaçon sur des CHARIOTS fabriqués en Chine

Au Mexique, il circule des antichutes (chariots) qui ne disposent d'aucune attestation de sécurité et sont faits en CHINE . Il convient de souligner que tout EPI doit toujours comporter le logo CE et la référence à la norme . D'une manière contraire on s'expose au risque d'avoir un accident grave ou la sanction qui s'applique.

Voir les commentaires

Consignes de sécurité et les plans d’évacuation et d’intervention associés

5 Mai 2016, 08:00am

Publié par VASSEUR SANDRINE

L’employeur doit former ses salariés à la sécurité, notamment sur la conduite à tenir en cas d’accident ou sinistre. Il est fondamental que chaque salarié sache exactement ce qu’il doit faire, comment donner l’alarme et évacuer les locaux. Les consignes de sécurité et les plans d’évacuation et d’intervention associés regroupent l’ensemble de ces informations.

Les consignes de sécurité qui s’appliquent à l’ensemble du personnel sont dénommées consignes générales. Elles sont complétées par des consignes spéciales s’adressant à des personnes spécifiquement désignées et par consignes particulières propres à certains travaux ou à certains locaux.

Les consignes générales

Pour être efficaces, ces consignes doivent être :

  • lisibles et attractives ;
  • visibles et affichées d’une manière permanente ;
  • rédigées d’une manière simple et concise ;
  • précises, exhaustives et homogènes ;
  • vérifiées et mises à jour.

Les consignes générales doivent décrire d’une part l’organisation des actions en cas d’incendie ou de situation d’urgence et, d’autre part, l’organisation de l’évacuation de l’ensemble des personnes présentes sur le site ou de leur mise en sécurité. Ces consignes concernent la totalité de l’établissement et sont applicables à l’ensemble des personnes sur le site.

Les consignes générales sont complétées par un plan d’évacuation. Elles doivent être placées par niveau, à proximité immédiate des escaliers et des ascenseurs et/ou tout autre endroit où elles pourront être vues facilement.

Les éléments suivants doivent figurer dans ces consignes :

Les consignes pour toute personne découvrant un sinistre :

  • intervention immédiate sur un début incendie avec mise en œuvre des moyens de première intervention, sans attendre l’arrivée du personnel désigné,
  • démarche spécifique en cas d’incident,
  • transmission de l’alarme dans l’établissement : à qui ? (préciser les numéros d’appel), par quel moyen ? (téléphone, sirènes, etc.) ;
  • la méthode de diffusion de l’alarme en interne : par qui ? par quels moyens ? (haut-parleur, sirènes, etc.) ;
  • la méthode de diffusion de l’alerte aux secours extérieurs :
    • personnes chargées d’appels,
    • numéros d’appel à connaître,
    • liste des personnes à prévenir,
    • procédures (contenu des messages à donner, périodicité des essais, etc.) ;les consignes pour l’évacuation ou la mise en sécurité :
  • diffusion de l’ordre d’évacuation ou de mise en sécurité : personnes donnant l’ordre d’évacuation ou de mise en sécurité et type de signal,
  • identification par zones des équipiers d’évacuation (guides files, serre files et coordinateurs),
  • interdiction de retourner aux postes de travail ou aux vestiaires,
  • description des zones, des issues de secours et des itinéraires,
  • désignation des points de rassemblement (où se fera le recensement des personnes évacuées),
  • identification des commandes manuelles de désenfumage et leur mise en service,
  • description des mesures concernant l’évacuation différée des personnes (personnes en situation de handicap, confinement en cas de risque chimique, etc.) ;
  • l’organisation de la première intervention ;
  • l’organisation de la seconde intervention ;
  • l’organisation des secours aux blessés :
    • désignation des personnes formées en charge de cette organisation (infirmiers, sauveteurs secouristes du travail, etc.),
    • description des moyens devant être utilisés,
    • identification du (des) lieux que les personnes désignées doivent rallier.

Ces consignes doivent également indiquer l’interdiction d’emprunter les ascenseurs dès déclenchement de l’alarme, la gestion des entreprises extérieures ou les visiteurs ainsi que l’obligation de laisser libre les allées de circulation et les voies d’accès.

Les consignes spéciales

Les consignes spéciales indiquent les modalités d’exécution des actions attendues en cas de sinistre par les personnes désignées à cet effet. Ces consignes concernent :

  • la consigne de transmission d’alerte auprès des sapeurs-pompiers et d’appel à d’autres aides extérieures telles que le SAMU, l’ambulance, etc. ;
  • les consignes aux équipes de première intervention, en indiquant notamment les rôles des membres, les équipes et moyens à utiliser et les contacts à établir ;
  • les consignes aux chefs et membres des éventuelles équipes de seconde intervention. Ces consignes doivent préciser le (s) signal (aux) et point(s) de ralliement, l’organisation, l’articulation et le fonctionnement des équipes, la coordination avec les secours extérieurs, les équipements et les moyens à utiliser, etc. ;
  • les consignes aux équipiers d’évacuation, en signalant les rôles et zones d’action guide-fils, serre-fils et coordinateur(s), les itinéraires à suivre, les contrôles à réaliser, la rédaction d’un compte-rendu au coordinateur de l’évacuation par les équipiers désignés et la rédaction d’un compte-rendu aux sapeurs-pompiers par le coordinateur ;
  • les consignes pour les secouristes qui doivent indiquer les lieux de ralliement, comme par exemple l’infirmerie et les matériels à utiliser ;
  • les consignes pour les personnes devant assurer des fonctions bien définies. Ces consignes concernent les équipiers d’intervention technique comme par exemple :
    • le personnel d’accueil : il peut être chargé d’alerter les secours internes ou externes et disposer d’une liste de numéros d’urgence des personnes à prévenir,
    • les électriciens : ils peuvent donner des indications par rapport aux circuits à couper et à alimenter,
    • le gardien, l’agent au poste d’entrée : ils appliquent le protocole d’accueil et de guidage des secours,
    • les responsables des installations techniques telles que les chaufferies, les pompes, les ascenseurs, etc. : ils doivent indiquer les procédures à suivre pour la mise en sécurité des installations, la coupure des énergies, la ventilation, etc.

Les consignes particulières

Pour ce qui concerne les consignes particulières propres à certains travaux, comme par exemple les travaux par points chauds ou à certains locaux (laboratoires, entrepôts, etc.), elles doivent être affichées dans chaque local concerné.

Le contenu des informations indiqué dans ces consignes est le suivant :

  • la méthode de diffusion de l’alarme dans la zone concernée : les moyens pour donner l’alarme (comme par exemple les avertisseurs sonores et visuels, le téléphone en précisant les numéros à composer, etc.), le contenu précis du message à donner et les personnes relais à qui donner l’alarme ;
  • l’intervention de la zone concernée : l’utilisation des moyens spécifiques d’intervention tels que les extincteurs, le sprinkler, le système de rideau d’eau, etc. ;
  • l’évacuation et la mise en sécurité de la zone concernée : le signal de l’évacuation ou de mise en sécurité, l’itinéraire spécifique pour évacuer la zone, la localisation des espaces d’attentes sécurisés et le point de rassemblement de la zone ;
  • les procédures : il faut décrire les conditions dans lesquelles les travaux peuvent être autorisés ou exécutés, comme par exemple l’autorisation préalable d’un permis de feu, l’utilisation d’un équipement spécifique, etc. ;
  • l’interdiction de fumer ;
  • les zones à risques d’explosion (zones ATEX) : leur accès doit être strictement réglementé, il faut définir des consignes en indiquant les éléments contenus dans le document relatif à la protection contre les explosions.

Voir les commentaires