Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DESCENDEURS

16 Janvier 2008, 21:00pm

Publié par VASSEUR SANDRINE

Comment choisir un descendeur pour les travaux sur cordes

 
 
ID ? de chez PETZL INDY ?  de chez KONG STOP ?  appelé ID09 chez Petzl

  Info-EFS n°45-46 - 1er et 2ème semestre 2004 : Le descendeur INDY de la marque KONG
Nicolas CLEMENT 
Groupe d'Etudes Techniques EFS
Info-EFS n°43 - 1er semestre 2003 : Le descendeur STOP à la loupe
Nicolas CLEMENT
Groupe d'Etudes Techniques EFS
 
      


 

 



 

La norme qui fait référence pour les descendeurs est  : EN 341. Cette norme traite de “descenseurs” dont la destination est l’évacuation.

 

En décembre 2006 est parue la norme EN 12841 : Equipement de protection individuelle pour la prévention des chutes de hauteur : «  Système d’accès sur corde, dispositif de réglage de corde pour maintien au poste de travail  »”.

 

Les appareils de type C de cette norme sont les descendeurs appelés également “descenseurs” – Peut être pour réserver le terme “descendeur” aux loisirs.

 

Une pratique des travaux sur cordes même très courte permet de se rendre compte qu’un descendeur ne permettant pas de faire aisément des montées de réglages, (De quelques centimètres à quelques mètres) est un réel inconvénient avant d’être un facteur de risque. En effet un surplus de manœuvres techniques, pour passer de la position de descente (sur descendeur) à celle de montée avec bloqueurs, occasionne plus de risques d’erreur....Et de l’agacement

 

On doit aussi rajouter l'obligation de pouvoir reprendre le mou de la corde.

 

À notre connaissance il n’existe que deux descendeurs bénéficiant de la norme EN 341 permettant réellement cette manœuvre indispensable.

 

Le descendeur “Stop” (ou aussi DO9) de chez Petzl, fonctionne sur des cordes de 9 à 12 mm.

L’I’D de Petzl, cordes de 10 à 11,5 mm pour le petit modèle (jaune) et de 11,5 à 13 mm pour le gros modèle vendu à l’étranger ou pour le secours.

 

Entre autres avantages, il est équipé d'un détrompeur. Pas de risque de le faire fonctionner avec la corde passée à l’envers.

Il peut être intégré à un mouflage, parce qu’il coulisse bien dans le sens de montée, rendant ainsi le mouflage réversible.

 

Le premier (Stop) est rustique et se bloque uniquement au lâcher de la poignée

Le second se bloque au lâcher et aussi à la crispation.

Le premier sans mécanisme intérieur ne craint pas les travaux avec projection de particules (maçonnerie, sablage...), le deuxième est un peu sensible à cela. Les deux présentent l’inconvénient de monopoliser les deux mains.

 

À notre connaissance il n’existe pas d’autre appareil répondant soit à la norme EN 341, soit à la norme EN 12841 qui soit :

Sûr, léger, peu encombrant, permettant des remontées faciles, manipulable d’une seule main, même si on trouve sur les catalogues de fabricants et des revendeurs d’autres descendeurs, à double blocage.

 

 

 

 

Voir les commentaires

Permis de feu

11 Janvier 2008, 22:12pm

Publié par VASSEUR SANDRINE

PERMIS DE FEU
 

Le permis de feu est établi dans le but de la prévention des risques d'incendie et d'explosion occasionnés par des travaux par point chaud. Aucun travail avec appareil thermique ou produisant des étincelles ne peut être entrepris sans l'accord préalable du chef d'entreprise ou de son délégataire habilité.

Note de service n° 85-239 du 2 juillet 1985 : Portant sur les conditions pour la réalisation d’un permis de feu.

 

Règlementation : Note de service n° 85-239 du 2 juillet 1985

Décret n° 92-158 du 20 février 1992

Cette autorisation délivrée par le chef d’établissement a pour but essentiel de s’assurer que, lors de travaux (soudure, découpage,…) susceptibles de provoquer un incendie, toutes les mesures seront prises en vue de la prévention de ce risque.

Il devra être formellement interdit à tout agent appartenant ou non à l’établissement d’entreprendre tous les travaux dits ‘points chauds’ de cet ordre sans avoir obtenu le ‘permis’, excepté pour le travail en atelier. il devra préciser impérativement la nature des protections à réaliser avant, pendant et après le travail et notamment:

Avant le travail :

1. Vérifier que les appareil sont en parfait état (tension convenable pour l’appareillage électrique).

2. Eloigner, protéger ou couvrir de bâches ignifugées tous les matériaux ou installations combustibles ou inflammables et, en particuliers, ceux qui sont placés derrière les cloisons proches du lieu de travail. Eventuellement, arroser le sol et les bâches de couvertures.

3. Si le travail doit être effectué sur un volume creux, s’assurer que son dégazage est effectif.

4. Aveugler les ouvertures, interstices, fissures… (sables, bâches, plaques métalliques…).

5. Dégager largement de tout matériel combustible ou inflammable le parcours des conduites et tuyauteries traitées.

6. Disposer à portée immédiate les moyens d’alarme et de lutte contre le feu. Ceux-ci devront comporter au moins un extincteur de CO2 de 2kg et un extincteur à eau pulvérisée de 9 litres.

7. Désigner un auxiliaire instruit des mesures de sécurité.

8. Etablir et faire signer le permis de feu.

Pendant le travail :

9. Surveiller les projections incandescentes et leurs points de chutes.

10. Ne déposer les objets chauffés que sur des supports ne craignant pas la chaleur et ne risquant pas de la propager.

Après le travail :

11. Inspecter le lieu de travail, les locaux adjacents et les environs pouvant être concernés par les projections d’étincelles ou les transferts de chaleur.

12. Maintenir une surveillance rigoureuse pendant deux heures au moins après la cessation du travail (tour de ronde de une heure après). Si cette surveillance ne peut être assurée, cesser toute opération par point chaud au moins deux heures avant la cessation générale du travail dans l’établissement.

Voir les commentaires